Impôt sur les sociétés : Taux, barème, calcul, fonctionnement

0
143

Les taux d’imposition des sociétés françaises dépendent de la structure de l’entreprise et du chiffre d’affaires. Ce guide explique les impôts sur les sociétés en France et les impôts sur les sociétés françaises applicables.

Taux d’imposition des sociétés françaises

Si vous devenez pigiste en France ou que vous démarrez une entreprise française, vous serez soumis au paiement de l’impôt sur le revenu en France (Impôts sur le Revenu, IR) ou impôt sur les sociétés en France (Impôts sur les Sociétés, IS). Si l’on considère les taux d’imposition des sociétés en France, certaines petites entreprises peuvent opter pour la fiscalité dans le système personnel plutôt que dans le système français d’impôt sur les sociétés.

Les taux d’imposition des sociétés en France sont en fonction de la structure de l’entreprise, de son chiffre d’affaires, ainsi que des conditions de paiement de l’impôt sur les sociétés en France.

Comme ailleurs, l’impôt sur les sociétés en France est distinct des impôts français applicables aux revenus de l’entreprise versés en salaire. Le montant de l’impôt français sur les sociétés que vous payez dépend du chiffre d’affaires de votre entreprise et de la structure du capital.

La France a récemment introduit un nouveau projet de loi qui réduit le taux d’imposition des sociétés en France, première réduction depuis 1993.

Le projet de loi prévoit que le taux d’imposition des grandes entreprises baissera de 33,33% à 28%.

 

Le projet de loi scinde les taux d’imposition des sociétés françaises comme suit:

  • Les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 millions d’euros et dont le bénéfice est inférieur à 75 000 euros seront soumises à un taux d’impôt sur les sociétés de 28%.
  • Pour les petites et moyennes entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 7,63 millions d’euros, le taux d’imposition des sociétés françaises est de 15% pour le premier profit de 38 120 euros, de 33,33% pour le capital et de 75% pour les particuliers.

 

Les taux d’imposition des sociétés en France devraient subir des réformes jusqu’en 2020 en vertu du projet de loi, alors que 28% deviendront le taux d’impôt sur les sociétés françaises standard pour toutes les entreprises. Par exemple, le taux de 28% s’appliquera aux premiers 500 000 euros du bénéfice de toutes les entreprises en 2018 et aux sociétés gagnant moins de 1 milliard d’euros à partir de 2019.

 

Les sociétés doivent produire une déclaration de revenus française dans les trois mois suivant la clôture des comptes ou au 30 avril. L’impôt sur les sociétés est payable trimestriellement les 15 du mois. Des exemptions s’appliquent si vous êtes une nouvelle société, vous pouvez payer l’impôt français sur les sociétés sur une base annuelle.

Régimes d’imposition des sociétés en France

Il existe également différents régimes d’imposition des sociétés en France, en fonction de votre type d’activité sur le territoire français.

  • Les entreprises commerciales, industrielles ou manuelles / artisanales sont taxées dans le cadre du système Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC).
  • Les entreprises professionnelles sont imposées dans le cadre du système Bénéfices non Commerciaux (BNC).
  • Les entreprises agricoles sont taxées à l’aide du système Bénéfices agricoles (BA).

Il y a des divisions dans les systèmes BIC et BNC. Si votre chiffre d’affaires tombe en dessous d’un certain seuil, vous serez taxé sous le régime simplifié de l’impôt sur les sociétés au lieu du régime du réel normal. Le seuil des BIC est inférieur à 230 000 euros par an pour les prestataires de services et d’hébergement, 763 000 euros par an pour les revendeurs. Le seuil des BNC est inférieur à 76 300 euros par an. Avec ces régimes, vous devez fournir des informations sur le revenu, déduire les dépenses et appliquer la taxe professionnelle française sur le bénéfice net de l’entreprise. Vous pouvez effectuer des pertes sur une période maximale de six ans.

 

Impôt sur le revenu français pour les propriétaires d’entreprise

L’impôt français sur le revenu est calculé sur vos revenus personnels, que vous soyez salarié ou indépendant en France. Vous pouvez réduire votre revenu imposable grâce à un centre de gestation (centre de comptabilité affilié).

 

Vous pouvez déduire certaines choses avant de calculer l’impôt, qui comprennent une déduction de 10% pour les dépenses liées au travail, les cotisations de sécurité sociale, les intérêts sur certains prêts aux entreprises et les cotisations de retraite françaises.

 

En 2015, le gouvernement français a annoncé que le taux d’impôt sur le revenu le plus bas serait aboli et que les autres seuils augmenteraient de 0,5%. Les taux d’impôt français en 2016 (à déclarer en 2017) sont:

  • jusqu’à 9 710 euros – taxe de 0%
  • 9 711 – 26 818 euros – 14%
  • 26 819 – 71 898 euros – 30%
  • 71 899 – 152 260 euros – 41%
  • 152 261 euros et plus – 45%

Les taux d’imposition français s’appliquent à chaque partie du revenu au-delà des seuils, et non au revenu total. Dans certains cas, selon le type et la taille de votre entreprise, vous pouvez choisir de réclamer tous les impôts exigibles en vertu du régime d’imposition des particuliers.

 

Impôt des sociétés françaises pour les entreprises individuelles en France

Si vous êtes un entrepreneur individuel (entreprise individuelle ou EI), vous et votre entreprise êtes une personne morale et vous serez automatiquement imposé en vertu du régime d’imposition des particuliers (Impôts sur le revenu) ou en vertu des règles du régime micro-entreprise ou régime du réel.

 

Si vous prenez le statut de EIRL, où vous et vos biens sont séparés, vous payez de l’impôt par le biais de votre déclaration de revenus française dans la catégorie de votre entreprise :

  • bénéfices industriels et commerciaux (BIC) pour les commerçants et les artisans,
  • ou les avantages non commerciaux (BNC) pour les professionnels indépendants,
  • ou vous pouvez choisir de payer l’impôt sur les sociétés françaises.

 

Impôt des sociétés françaises pour les sociétés anonymes

Si vous instituez une EURL (société anonyme à propriétaire unique), vous pouvez choisir d’être imposé selon le régime de l’impôt sur le revenu des personnes physiques en vertu du régime du réel ou par l’impôt sur les sociétés en France.

 

Impôt sur les sociétés en France pour les sociétés en copropriété

Si votre société est une SARL (société anonyme en copropriété), vous pouvez choisir d’être imposé selon le régime de l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les cinq premières années d’activité si l’entreprise est petite ou un type d’entreprise familiale – sinon vous êtes imposé par l’impôt des sociétés françaises.

 

TVA française

Au 1er janvier 2017, la France a relevé le seuil de TVA de 32 600 euros par an à 33 200 euros pour les entreprises de services, et de 81 500 euros par an à 82 800 euros pour les activités commerciales, les bars, les restaurants et l’hébergement.

Vous devez vous inscrire pour payer la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) française et vous êtes tenu de la facturer. Si votre chiffre d’affaires est inférieur et que vous n’avez pas à facturer la TVA, vos factures doivent indiquer que la TVA n’est pas applicable – TVA non applicable, art 293B dû à CGI. La TVA française est fixée à 20%.

Les microentreprises ne peuvent pas facturer ou demander la TVA en France.

 

Si la TVA est applicable, vous recevrez un numéro de TVA français (numéro de TVA intracommunautaire) composé de 13 caractères: FR (pour la France), un code de traitement de données à deux chiffres et votre numéro SIREN. Vous devez inscrire votre numéro de TVA français sur toutes vos factures.

 

La déclaration de la TVA est faite au plus tard le 30 avril ou dans les trois mois de la clôture des comptes si votre année comptable n’est pas l’année civile. Vous pouvez déclarer et payer la TVA française en ligne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here